Chakra du Gorge - Thyroïde – Système Endocrine

     LA GLANDE THYROÏDE

         Est une glande endocrine, disposée dans la gaine viscérale du cou, en avant de la trachée et du cartilage thyroïde, en dessous de l'os hyoïde. Organe éminemment chirurgical, la glande thyroïde n'est pas nécessaire à la vie sous réserve de traitement substitutif. Elle se situe dans la région sous hyoïdienne médiane entre les deux gouttières carotidiennes.

        En forme de H avec deux lobes latéraux réunis par un isthme; le plus souvent, sur le bord supérieur de l'isthme, se place le lobule pyramidal Son volume moyen est de 30 grammes sa consistance ferme est due à la présence d'une capsule fibreuse dissécable de la gaine viscérale.

        La thyroïde est maintenue en place dans le cou par la gaine viscérale et par des ligaments médian et latéraux de GRUBER la fixant solidement sur la trachée

      Elle présente deux faces et deux bords.

         La face dorsale répond au deuxième anneau trachéal auquel il est attaché par le ligament antérieur médian

         La face ventrale répond aux muscles sous hyoidiens engainés par l'aponévrose cervicale moyenne

         Le bord  supérieur est en rapport avec le lobe pyramidal, le plus souvent à gauche de la ligne médiane et avec l'arcade vasculaire formée par la réunion de deux branches des artères thyroïdiennes supérieures.

        Le bord inférieur est à 2 cm environ de la fourchette sternale.

- Les lobes latéraux présentent à décrire trois faces et trois bords :

 - La Face postérieure est en rapport avec le paquet vasculo-nerveux du cou comprenant l'artère carotide commune, la veine jugulaire interne et le nerf vague situé dans l'angle dièdre postérieur; s'y ajoute la chaine lymphatique jugulo-carotidienne  

 - La Face interne répond à la trachée sur ses 5 premiers anneaux au cartilage cricoïde et au cartilage thyroïde auquel le lobe est uni par les ligaments latéraux; à ce niveau passe le récurrent. - Plus en arrière se situe l'œsophage décentré sur la gauche.

 - La face antérieure répond aux plans de couverture de la région.

        Parmi les trois bords, seul le bord postéro-interne présente des rapports importants il répond en effet : à l'œsophage au nerf récurrent à l'artère thyroïdienne inférieure aux parathyroïdes

       Chaque lobe présente en outre deux pôles :

        Le supérieur en rapport avec l'artère thyroïdienne supérieure

        L’inférieur en rapport avec les veines thyroïdiennes inférieures. Ce pôle peut plonger dans l'orifice supérieur du thorax en cas d'hypertrophie de la glande (goitre plongeant)

 Vascularisation et innervation

- les artères: dépendent de quatre pédicules

- deux artères thyroïdiennes supérieures issues de l'artère carotide externe

- deux artères thyroïdiennes inférieures issues de l'artère subclavière (tronc thyro- bicervico-scapulaire ) ces deux artères sont largement anastomosées entre elles

        De façon inconstante on trouve une artère thyroïdienne moyenne longeant le lobe pyramidal, qui nait directement de l'aorte.

        Les veines

 - sont disposées en trois groupes principaux :

-         veines thyroïdiennes supérieures se jetant dans le tronc thyro-linguo-facial veines thyroïdiennes moyennes se jetant dans la veine jugulaire interne veines thyroïdiennes inférieures rejoignant la veine jugulaire – interne

        En outre on peut rencontrer des veines thyroïdiennes antérieures rejoignant le tronc veineux brachio-céphalique.

               Innervation

 - nerf laryngé supérieur et plexus sympathique-récurrentiel.

        La thyroïde ou glande thyroïde est la plus volumineuse des glandes endocrines (sécrétant des hormones). Elle sécrète en effet :

-         la T3 ou triiodothyronine

-         la T4 ou thyroxine

-         la thyrocalcitonine intervenant dans le métabolisme du calcium

        Située à la face antérieure du cou, elle est superficielle : ses déformations (goitre) sont visibles sous la peau. Elle est fréquemment le siège de pathologies : hyperthyroïdie, hypothyroïdie, tumeur maligne ou bénigne. On peut l'étudier grâce à l'échographie et la scintigraphie.

        La thyroïde se compose de deux lobes droit et gauche reliés à leurs parties inférieures par l'isthme. Elle présente deux types de rapports :

- Les nerfs laryngés récurrents qui passent en arrière et se terminent dans le larynx.

- Les quatre glandes parathyroïdes : petites glandes situées à la face postérieure de la thyroïde et jouant un rôle dans le métabolisme phosphocalcique. Elles peuvent avoir des situations variables.

        Dépression et thyroïde

        L'hypothyroïdie peut parfois être prise pour un état de dépression et l'hyperthyroïdie pour un état d'excitation. Le diagnostic thyroïdien permettra d'éliminer ces faux diagnostics.

        Cependant des travaux récents ont montré qu'une hypothyroïdie traitée uniquement avec de la thyroxine peut davantage encore se rapprocher d'un état dépressif. Plutôt que de prescrire un antidépresseur, le médecin peut parfois proposer une simple substitution d'une partie de la dose de thyroxine (T4) par de la tri-iodo-thyronine (T3)[1] .

        On a montré aussi que certaines dépressions résistantes aux antidépresseurs, et sans hypothyroïdie, pouvaient bénéficier d'un apport de T3. Mais ceci reste à vérifier et ne peut se faire sans la prescription prudente d'un spécialiste.

        Dans certains cas le résultat serait très satisfaisant.

LES PARATHYROIDES:

      - glandes endocrines indispensables à la vie, situées à un endroit variable de la gaine viscérale du cou, le plus souvent en arrière des la glande thyroïde; mais les variations positionnelles sont nombreuses rendant la chirurgie des parathyroïdes difficile au nombre de quatre deux supérieures et deux inférieures en arrière des lobes latéraux, le plus souvent en rapport étroit avec les pédicules vasculaires de la thyroïde

     - poids 45 milligrammes par glande chez l'adulte

     - aspect jaune chamois

Rapports identiques à ceux des pôles de la thyroïde

         Les hormones thyroïdiennes sont produites par les cellules épithéliales de la glande thyroïde. Elles sont synthétisées par iodation d’un acide aminé, la tyrosine grâce à la thyroïde peroxydase

        Les HT ainsi synthétisées sont, soit stockées dans la thyroïde, soit libérées dans la circulation sanguine où elles sont prises en charge par des protéines de transport. La grande majorité des HT secrétées est sous forme T4, qui est dite « forme circulante » alors que la T3 est considérée comme la « forme active ». Le principal transporteur des HT est la globuline se liant à la thyroxine (TBG, 75% du transport total des HT), une glycoprotéine de 44KDa synthétisée par le foie. Les deux autres transporteurs sont la transthyreïne et le pré albumine se liant à la thyroxine. Ces protéines permettent le maintien d’un taux d’hormones libres constant protégeant ainsi le corps de toute variation abrupte.

         Le contrôle de la sécrétion des HT est exercé par un rétrocontrôle négatif classique faisant intervenir l’hormone de stimulation de la thyroïde (TSH) ou thyrotropine synthétisée par l’hypophyse antérieure et l’hormone de libération de la TSH (TRH) produite par l’hypothalamus.